bfbs_recadre

BLACK FOREST / BLACK SEA

Trésor encore enfoui de l’Americana, Black Forest / Black Sea, duo guitare et violoncelle, se rappelle au bon souvenir du vieux continent en rééditant sur Asphalt Duchess son premier album, aujourd’hui introuvable.

Jeffrey Alexander et Myriam Goldberg se sont déjà fait entendre lorsque le groupe acid-folk The Iditarod (BlueSanct / Secretly Canadian) était encore en activité. Alors que la formation se sépare, abandonnant au silence son dernier album enregistré, le couple dévoile son nouveau projet. Mûri dans la tranquillité d’une ville au nom porteur d’espoir, Providence dans le Rhode Island, Black Forest / Black Sea se voue à une musique libre et improvisé. Instrumentale mais expressive, directement venue de la tradition folk.

A ce moment Jeffrey Alexander prend en charge le label indie Secret Eye qui verra sortir le premier album du duo. Puis accueillera nombres de songwriters et expérimentateurs de la côte est.
Black Forest / Black Sea sortira par la suite un deuxième LP (Forcefields and Constellations sur BlueSanct / Secretly Canadian), puis une compilation d’enregistrement live tirés d’une tournée européenne et un split album avec Christina Carter (Kranky). En ce début d’année le groupe opère un retour sur lui-même en rééditant une version augmentée de son premier album, sorti à l’époque de manière trop confidentielle et à présent introuvable. Une manière de remettre en avant les fondamentaux d’une musique décomplexée, abandonnée à l’impressionnisme et à l’improvisation. Un premier album rehaussé ici de deux inédits, une version alternative et une reprise de Robert Wyatt enregistrées live, qui viennent cristalliser l’incroyable aisance de Black Forest / Black Sea à repousser les limites de l’instant.

Glissant avec superbe et discrétion sur rock, psychédélisme, folk et improvisation, le duo paritaire rappelle les sublimations minimales de Mark Hollis, Stars Of The Lid, Low ou Pearls Before Swine. On aura pu les voir sur scène aux côtés de Sonic Youth ou Bardo Pond, en studio auprès de Gravenhurst.
Dans la plus pure innocence, Black Forest / Black Sea tisse des improvisations folk-jazz, ambient et psychédélique. Sur la base d’une guitare et d’un violoncelle, le duo masculin-féminin s’invente un univers doux et élastique, libre et ouvert.

Avec une dextérité singeant la simplicité, Black Forest / Black Sea se fait le shaman d’une transe rock et baroque, où dansent les ombres du Velvet, Tom Rapp, Neil Young. Une Amérique large de géographie et d’idée.